Découvrez les secrets des océans

Quelles sont les contre-indications à la plongée ?

Vous avez entendu que la plongée sous-marine comportait des contre-indications et vous voulez en savoir plus ? Ou bien vous l’avez appris lors de votre formation mais ne vous en rappelez plus ? Pas de panique, nous vous avons listé ci-dessous les principales contre-indications à la plongée sous-marine.

La plongée : un sport engagé

La plongée sous-marine est une discipline extraordinaire. Elle nous permet d’accéder à un monde totalement inexploré en respirant sous l’eau ! Toutefois, elle comporte certains risques qui peuvent entraîner des contre-indications. En effet, l’eau exerce une pression sur le corps au fur et à mesure de la descente. Dès l’immersion, cette pression peut avoir des conséquences sur le plan physiopathologique.

Les contre-indications à la plongée sont en général listées en deux ensembles : définitives et temporaires.

Contre-indications définitives à la plongée

Tout d’abord, les contre-indications définitives à la plongée touchent une déficience permanente chez l’individu. Ainsi, les médecins déconseillent ce sport aux insuffisants cardiaques, à cause de la pression de l’eau et de l’air respiré qui soumet le cœur à une activité certaine. De même, les insuffisants respiratoires ne peuvent malheureusement pas découvrir la plongée, pour la même raison mais avec un impact sur la respiration cette fois-ci. Mieux vaut-il avoir des poumons à 100% fonctionnels !

Par ailleurs, certains dérèglements neuronaux sont des contre-indications à la plongée, tels que l’épilepsie, les pertes de connaissance répétitives ou l’incapacité motrice cérébrale. En effet, en cas de perte de contrôle, le risque de noyade est évidemment élevé sous l’eau. Enfin, les médecins déconseillent fortement la plongée aux personnes souffrant de diabète sévère ou d’affections psychiatriques sévères.

contre-indications plongée sous-marine

Contre-indications temporaires à la plongée

Deuxièmement, certains états sont des contre-indications temporaires à la plongée. Ainsi, la grossesse en est le premier exemple, la pression  de l’eau pouvant affecter le fœtus ou le bébé. La plongée est aussi déconseillée aux personnes souffrant de maladies pulmonaires ou ORL, le rhume étant l’exemple le plus fréquent. 

Les sorties de ces mêmes maladies sont également à surveiller, en raison du risque de séquelles sur l’organisme. Ainsi, nous conseillons vivement la consultation d’un médecin après une otite, une affection du tympan ou un traumatisme crânien grave.

Le cas de l'asthme, du diabète et des traitements médicaux

Certaines maladies ou certains traitements sont parfois des contre-indications à la plongée, mais ce n’est pas systématique. En effet, leur intensité varie d’un individu à l’autre ou en fonction des formes. Aussi nous en avons listé quelques-unes.

Les formes légères de diabète n’entraînent pas une interdiction formelle à la plongée. Elles nécessitent néanmoins l’avis d’un médecin. C’est ainsi le cas du diabète traité par insuline ou par biguanides.

En outre, certaines associations travaillent à mieux mesurer les incidences de l’activité sur les malades. C’est par exemple le cas de l’Association Diabète et Plongée qui a réalisé une étude sur les bienfaits du Nitrox sur les plongeurs diabétiques. Ainsi, si vous êtes diabétiques et plongeurs, nous vous recommandons notre article sur la formation au Nitrox.

Ici, c’est l’asthme à l’effort qui est concerné. Là encore, la pression de l’eau a un impact sur l’organisme qui fournira plus d’efforts pour fonctionner. Même si cet effort est imperceptible par l’homme, il est tout de même significatif pour l’organisme. En l’absence de traitement administrable sous l’eau (la Ventoline en l’occurrence), le risque peut être non négligeable.

Toutefois, cela dépend de l’intensité de la maladie. Si la personne asthmatique n’a pas fait de crise depuis plusieurs mois, nous pouvons vous autoriser à plonger.

Quant à l’asthme allergique, il n’est a priori pas une contre-indication formelle à la plongée, sauf crise récente.

En cas de traitement médical quel qu’il soit, il est fortement conseillé de consulter un médecin avant de vous rendre dans votre centre de plongée, l’idéal étant évidemment un spécialiste de la plongée sous-marine. Ce dernier sera le plus à même de juger de la compatibilité de votre traitement avec l’activité. 

La reprise de la plongée après accident

En cas de reprise de l’activité après un accident subaquatique, un certificat médical de non contre-indication à la plongée sous-marine est obligatoire. Ce dernier doit être signé par un médecin spécialiste de la plongée. Vous trouverez un peu plus bas un lien vers le certificat médical recommandé par la FFESSM.

Et le Covid, dans tout ça ?

Le Covid étant une maladie récente, son lien avec la plongée n’a pas encore été très bien étudié. Toutefois, il existe un consensus médical en la matière. Lorsque vous avez été positif au coronavirus avec une forme asymptomatique, il est conseillé d’attendre un mois avant de plonger. En revanche, si vous avez rencontré des symptômes, attendez deux mois après rétablissement puis consultez un médecin spécialiste de la plongée. En effet, bien souvent la maladie a affecté les poumons et cela peut donc devenir une contre-indication temporaire à la plongée, pour les mêmes raisons que vues plus haut.

Les contre-indications à la plongée détaillées

La FFESSM (Fédération Française des Etudes et Sports Sous-Marins) publie régulièrement une liste détaillée des contre-indications à la plongée sous-marine. Celle-ci est établie par la Commission médicale et de prévention et fait office de référence en la matière. Vous pouvez d’ailleurs la consulter en ouvrant le fichier ci-dessous.

Le certificat médical

Pour finir, dans le cadre d’une formation de plongée en France métropolitaine ou d’outremer, sachez qu’un certificat médical de non contre-indication à la plongée sous-marine est obligatoire. Vous pouvez télécharger le modèle fourni par la FFESSM en ouvrant le fichier ci-dessous. Vous n’avez plus qu’à l’imprimer et le faire remplir par votre médecin traitant.

Pour conclure, il existe quelques contre-indications définitives à la plongée, au premier rang desquelles les insuffisances cardiaques et respiratoires. D’autres, comme la grossesse ou le rétablissement de certaines maladies, vous obligent à patienter un temps avant de plonger. Mais dans tous les cas, l’avis d’un médecin ne peut être que bénéfique et même fortement conseillé en cas de doute.

Et enfin, si vous avez des questions lorsque vous êtes déjà dans le centre de plongée, surtout n’hésitez pas à nous interroger, nous serons à même de vous répondre.

Et vous, après avoir lu cet article, présentez-vous des contre-indications à la plongée ? Si ce n’est pas le cas, nous vous accueillons avec grand plaisir dans notre centre SeacretDive, à Port-Louis en Guadeloupe, où nous vous ferons découvrir les secrets des océans. Vous désirez en savoir plus sur la plongée à Port-Louis ? Cliquez ici ! Vous avez des questions ? Contactez-nous ! Nous espérons vous accueillir très vite !

SeacretDive – Seacret Dive – Port-Louis – Guadeloupe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.